Les défenestrations

 
 

Chaque année, en France, les chutes accidentelles de grande hauteur, plus communément appelées défenestrations font environ 250 victimes par an, en particulier chez les enfants de moins de 10 ans.

defenestration_1

Face à ce taux d'accidents élevé et aux lourdes conséquences qu'ils entraînent, le Conseil Supérieur d'Hygiène Public de France, dans sa séance du 6 avril 2006, a fixé trois axes de travail visant à réduire le nombre de ces accidents :

  • Faire évoluer les équipements (règles de constructions, des normes relatives aux garde-corps...);
  • Assurer une surveillance épidémiologique accrue des défenestrations accidentelles d'enfants et de leurs conséquences en Ile-de-France, en Région Nord - Pas-de-Calais et en région Provence - Alpes - Côte d'Azur ;
  • Faire évoluer les comportements par le biais de campagnes d'information et d'éducation.

Dans ce cadre, le ministère de l'intérieur s'est associé à l'Institut National de Prévention et d'Education pour la Santé (INPESInstitut national de prévention et d'éducation pour la santé) afin de mener une campagne nationale de prévention des défenestrations accidentelles d'enfants.

L'objectif de cette campagne, initiée en 2007, est la sensibilisation du grand public sur le risque de défenestrations des jeunes enfants, et les mesures élémentaires de protection à prendre pour pouvoir les prévenir.

Au regard des résultats des enquêtes épidémiologiques, le choix d'un message exclusivement visuel a été retenu, afin de pouvoir être compréhensible par l'ensemble de la population, et accessible à un public en difficulté avec la lecture.

La campagne repose donc sur un jeu de deux affiches, sur le thème "fenêtre ouverte = danger", illustrant chacune un enfant tentant d'atteindre une fenêtre ouverte, et dont l'image est barrée d'une croix rouge, symbole de l'interdiction.

defenestration_2