Les tempêtes

 
 

Sommaire

  1. Les risques climatiques
  2. Les Tempêtes
  3. Les fortes précipitations
  4. Les intempéries hivernales
  5. La canicule
  6. Le grand froid
savonniere-2003

Trois paramètres principaux caractérisent l’état de l’atmosphère :

  • la pression : dans nos régions, elle varie de 950 à 1050 hectoPascals. Les zones de basses pressions sont appelées dépressions ; celles où les pressions sont élevées, anticyclones.
  • la température : très variable en fonction de l’altitude, la longitude, la saison, les conditions météo...
  • le taux d'humidité (ou hygrométrie) : plus l’air est chaud, plus il peut contenir de vapeur d’eau.

Ainsi une tempête correspond à l’évolution d’une perturbation atmosphérique, ou dépression, où se confrontent deux masses d’air aux caractéristiques bien distinctes (température, humidité...). Cette confrontation engendre un gradient de pression très élevé, à l’origine de vents violents et le plus souvent de précipitations intenses (pluies...)

Des vents violents  : conséquences directes de l'inégalité des pressions, ils sont d'autant plus violents que la chute de pression est importante et rapide entre les zones anticycloniques et dépressionnaires. Ils sont aussi fonction de la surface du sol. Une tempête correspond à des vents moyens supérieurs à 89 km/h. C’est le degré 10 de l'échelle de Beaufort qui en compte12. Les compagnies d’assurances considèrent en général le seuil de 100 km/h.

Des orages : ils se caractérisent par l'observation de décharges brusques d'électricité atmosphérique se manifestant par un bruit sec et une lueur brève (éclair) accompagnés éventuellement de précipitations. Les orages peuvent être isolés, organisés en lignes ou noyés dans le corps d’une perturbation.

Lors d'un épisode orageux, une centaine de litres d'eau peut se déverser sur un mètre carré provoquant inondations et érosion des sols. Les précipitations, et surtout la grêle, peuvent dévaster les exploitations agricoles, les parcs et jardins, les serres, etc., mais aussi augmenter les risques d'accidents pour les automobilistes. En milieu urbain, à cause de l'imperméabilité des sols, les eaux déversées par l'orage encombrent soudainement les réseaux de collecte des  eaux pluviales, ce qui peut provoquer des inondations.