Actualités

L’Indre-et-Loire est en zone d’alerte renforcée et doit se mobiliser pour freiner le virus.

 
 
L’Indre-et-Loire est en zone d’alerte renforcée et doit se mobiliser pour freiner le virus.

Dès lors, toutes les mesures doivent être prises et observées, afin d'éviter l'instauration du couvre-feu.

L’état d’urgence sanitaire s’appliquera au moins 4 semaines et, ainsi que l’a d’ores et déjà annoncé le Gouvernement, il devrait être prolongé jusqu’au 1er décembre après approbation du Parlement.

1. Par conséquent, en Indre et Loire, comme sur tout le territoire national, de nouvelles règles s’appliquent :

Dès ce samedi 17 octobre, afin de réduire les contacts et freiner la propagation du virus :

  • Le nombre de personnes pouvant se réunir dans l’espace public est limité à 6, à l’exception des marchés, cérémonies funéraires, les services de transport de voyageurs, les établissements recevant du public autorisés à fonctionner et manifestations revendicatives et professionnelles.

    Il est impératif de respecter également cette règle des 6 dans vos interactions sociales.

  • Le protocole sanitaire renforcé – établi la semaine dernière en lien avec les restaurants - devra être appliqué dans les restaurants et bars avec notamment : nombre de convives à table limité à 6, distance d’un mètre entre les chaises, tenu d’un cahier de contact des clients ;
  • Dans l’ensemble des lieux recevant du public assis, la règle d’un siège sur deux devra être respecté entre chaque individu ou groupe de 6 personnes venant ensemble ;
  • Les événements professionnels ou organisés ne pourront rassembler plus de 1 000 personnes ;
  • Dans les établissements recevant du public circulant debout (musées, centres commerciaux...) un espace de 4m² par personne devra être garanti et un nombre maximal de personnes accueillies devra s’appliquer à chaque établissement ;
  • Les établissements d’enseignement supérieur réduiront l’accueil en présentiel à 50 % de leurs capacités.

À partir de lundi 19 octobre, les événements dans le cadre desquels le port du masque permanent ne peut être garanti seront interdits dans les établissements recevant du public. Par conséquent, les fêtes privées, les repas seront prohibés. Les conférences, réunions et autres événement non prohibés devront être organisés dans le respect des mesures barrières. Ces mesures s’appliquent déjà en Indre-et-Loire depuis le 25 septembre.

L’Indre-et-Loire n’est pour l’heure pas concernée par le couvre-feu. Toutefois, la dynamique épidémiologique du département est préoccupante. Ainsi, entre fin septembre et mi-octobre, le taux d’incidence sur la métropole a plus que doublé tant pour la population générale, passant de 86,6/100 000 habitants à 193,4/100 000 habitants, que pour les plus de 65 ans particulièrement vulnérables face au virus, passant de 42,3/100 000 habitants à 96,3/100 000 habitants. Les taux de positivité observés sur le département et sur la Métropole s’établissent désormais à plus de 10 %. Si cette dynamique n’était pas enrayé, le département pourrait être l’un des prochains à devoir rentrer en « zone à couvre-feu ».

Afin de prévenir le déclenchement d’un couvre-feu et de préserver la continuité de la vie sociale et économique, la préfète Marie Lajus a décidé, après concertation avec les élus et acteurs économiques concernés, de renforcer les mesures de protection.

Ainsi, sur l’ensemble du territoire départemental :

  • les bars fermeront de 22h jusqu’à 6h du matin et la vente d’alcool dans les restaurants, la vente d’alcool à emporter, ainsi que la consommation d'alcool sur la voie publique seront interdites après 22h. ;
  • les vestiaires collectifs des établissements dédiés à la pratique sportive seront fermés (sauf pour les sportifs professionnels et de haut niveau).

Par ailleurs, sur le territoire de la Métropole, les sports collectifs ou de contacts en lieux clos seront interdits pour les majeurs sauf pour les sportifs professionnels et de haut niveau. Les activités des mineurs (scolaires, périscolaires ou clubs) pourront se poursuivre.

Toutes ces mesures sont applicables dès à présent et au moins jusqu’au 16 novembre 2020.

L’impact économique de ces mesures nécessaires pour freiner l’épidémie sera compensé par le renforcement et l’élargissement des conditions d’accès aux dispositifs de soutien actifs depuis le début de la crise (activité partielle, fonds de solidarité, PGE…). Dans le même esprit il est fortement recommandé, lorsque les circonstances le permettent et sur la base du volontariat, de développer le télétravail.

Un dispositif de contrôle sera déployé par la police, la gendarmerie, l’inspection du travail et les services de la jeunesse et sport dès ce samedi 17 octobre. Toute infraction est passible d’une amende de 135 euros.

Seule l’application rigoureuse de ces mesures permettra d’enrayer la dynamique actuelle qui, si elle se poursuivait, conduirait le Gouvernement à déclencher un couvre-feu en Indre-et-Loire. Chacun doit donc, en responsabilité, participer à l’effort territorial et national de lutte contre l’épidémie.

2. L’application rigoureuse des mesures barrières et la prévention des comportements à risques est fermement exigée :

La protection de chacun, en particulier les plus vulnérables, requiert une stricte application des mesures barrières : port du masque dans toute situation de promiscuité, respect des mesures de distanciation physique et des mesures d’hygiènes permettant de prévenir les contaminations manu-portées.

Il est attendu des entreprises du département qu’elles favorisent autant que possible le télétravail et toute autre organisation de nature à garantir la protection de leurs salariés. Une stricte vigilance est exigée quant à l’application des protocoles nationaux applicables à chaque secteur, s’agissant notamment du port du masque encore trop souvent négligé, et à la nécessité d’annuler les moments de convivialité (pots, repas partagés…).

De même, les gestionnaires d’hébergements (maison de retraite, EHPAD, foyers d’hébergement pour personnes en situation de handicap, publics précaires...) sont invités à renforcer leur attention quant au respect des mesures barrière propres à garantir la protection des plus vulnérables et des soignants.

Enfin, il est demandé au monde universitaire d’adopter chaque fois que possible une organisation reposant sur un enseignement en distanciel. Alors que les jeunes continuent d’adopter des comportements à risques, les soirées étudiantes, les séminaires d’intégration doivent être annulées. Les jeunes doivent impérativement faire preuve de responsabilité afin de contribuer à garantir leur sécurité sanitaire mais également celles de leurs familles et de leurs proches.

De l’engagement de chacun d’entre nous dépend la santé de tous.

3. Les moyens de dépistage gratuit sont amplifiés sur le territoire métropolitain où le virus circule plus activement à la faveur d’une forte densité de population :

Conformément à la stratégie de dépistage du Gouvernement visant à prioriser les personnes symptomatiques, les cas contacts à risque et les personnels soignants, les laboratoires privés ainsi que le laboratoire du CHRU élargissent leurs horaires d’accueil et déploient des lieux de dépistages pour assurer un maillage cohérent du territoire métropolitain.

Pour les personnes symptomatiques et/ou définies cas contact à risque, les laboratoires s’engagent, sous la vigilance de l’ARS à fournir les résultats des tests sous 24 heures.

Par ailleurs, une attention particulière est portée à destination des étudiants de la Métropole. Deux centres de proximité seront ouverts à leur attention.

Actuellement 75 % des résultats sont donnés en 24h et 100% en 48h.

Les informations de dépistage, nouveaux sites et horaires, sont actualisés chaque semaine sur le site internet

de la Métropole https://data.tours-metropole.fr/pages/centresprelevements/

de la ville de Tours  https://www.tours.fr/actualite/685/73-depistage-du-covid-19.htm

de l’ARS https://www.centre-val-de-loire.ars.sante.fr/coronavirus-ou-se-faire-tester

et de la Préfecture https://www.centre-val-de-loire.ars.sante.fr/coronavirus-ou-se-faire-tester

D’autres lieux pourront être ouverts en dehors de la métropole en fonction de l’évolution épidémique. Pour rappel, afin que le test soit utile, les cas contacts à risque ne doivent être dépistés qu’à J + 7 du dernier contact avec une personne malade, ce qu’y implique de respecter une période d’isolement effectif de 7 jours.

Afin de freiner la circulation du virus et de garantir la réussite de la rentrée sociale, scolaire et économique, l’ensemble de ces mesures doit s’accompagner d’une application rigoureuse des gestes barrières par chacun et ce tant dans la vie amicale, familiale et sociale. Une vigilance rigoureuse est attendue de l’ensemble des acteurs économiques du département, de la communauté sanitaire et universitaire.

Face au virus la meilleure protection demeure la plus simple : l’application des mesures barrières.

4. Le port du masque est obligatoire à Tours dans le périmètre le plus fréquenté de 10h à 3h du matin

Depuis le 1er septembre 2020, le port du masque est rendu obligatoire pour les plus de 11 ans, de 10h à 3h du matin dans les périmètres ci-dessous, voies et trottoirs inclus de la ville de Tours :
- la rive sud des bords de Loire, depuis le niveau de l’entrée du site des Tanneurs de l’Université de Tours jusqu’à la bibliothèque municipale de Tours ;
- le périmètre délimité :
- au Nord par la rue des Tanneurs, la place Anatole France et l’avenue André Malraux ;
- à l’Ouest par la rue du Dr Bretonneau, la rue du grand marché, la rue de la Victoire, la place des Halles et la place Gaston Pailhou ;
- à l’Est par la rue Voltaire, la rue Colbert, la rue Lavoisier, la place Sicard et la rue Palissy ;
- au Sud par la rue de Clocheville, la rue Marceau, le boulevard Béranger, la place Jean Jaurès et le boulevard Heurteloup ;
- la rue de Bordeaux ; la rue Charles Gilles ;
Ce nouveau périmètre remplace l’ancienne zone délimitée par l’arrêté préfectoral du 5 août.

Cette mesure :
- ne s’applique pas aux cyclistes et usagers de la trottinette, aux joggers respectant les distanciations, et aux véhicules motorisés à deux roues.
- ne concerne pas les personnes en situation de handicap munies d’un certificat médical
- ne concerne pas les personnes circulant à l’intérieur des véhicules particuliers et professionnels.
- vient compléter l’obligation déjà en cours de porter le masque dans les espaces clos recevant du public et dans les stations de tramway et de bus.

Ce dispositif sera l’objet d’une réévaluation en fonction de l’évolution de l’épidémie. Les contrevenants à l’obligation de port du masque sont passibles d’une amende de 135 euros.

> AP prolongeant port masque Tours 30 09 20 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,13 Mb

Information : le port du masque est également rendu obligatoire aux abords des écoles sur la commune de Rochecorbon.

> AP prolongeant port masque Rochecorbon 30 09 20 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,13 Mb

Le masque devra également être porté lors des manifestations suivantes :

> 20201056-RAA-AP-obligation port du masque 30 septembre 7 octobre (1) - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,11 Mb