Alimentation - consommation

Fête de l'Aïd El Adha

 
 
Fête de l'Aïd El Adha

La date de l’Aïd El-Adha vient d’être officialisée par le Conseil français du culte musulman et débutera dimanche 11 août 2019. 

Cette fête doit se dérouler dans le respect des réglementations sanitaire, environnementale, commerciale en vigueur ainsi que dans le respect des réglementations relatives à la protection animale.

À cet égard, il est rappelé que l’abattage en dehors des abattoirs autorisés est interdit. De même, la vente de moutons à des particuliers est interdite depuis le 22 juillet jusqu’au 15 août inclus, en application de l’arrêté préfectoral N° DDPP37 2019 01870 du 15 juillet 2019 .

Pour le bon déroulement de la fête, il est rappelé :
Pour les particuliers :

Il convient :

  • de faire appel aux points de vente commercialisant des carcasses issues de filières autorisées avec des marques sanitaires (bouchers, supermarchés, hypermarchés) ;
  • ou de contacter la communauté islamique d’Indre-et-Loire qui gère les réservations d’animaux et de carcasses issues de l’abattoir de Restigné.

Dans le département d’Indre-et-Loire, seul l’abattoir de Restigné est agréé pour réaliser des abattages rituels le jour de l’Aïd. Des prestations d’abattage rituel pour l’Aïd sont proposées dans des abattoirs des départements voisins : abattoirs d’Aschères -le-Marché (45), Vendôme (41), Mérigny (36), Dreux (28). Certains de ces abattoirs ne seront pas ouverts le dimanche 11 août. Les coordonnées sont disponibles à la DDPP .

Pour les éleveurs :

Les éleveurs qui souhaitent vendre des moutons à des particuliers pour la fête de l’Aïd devront préalablement se rapprocher des abatteurs pour voir leurs conditions de prise en charge des animaux et disposer d’un créneau horaire en fonction du nombre de moutons à abattre.
Ils auront la responsabilité d’acheminer ou de faire acheminer les moutons à l’abattoir.

Il est rappelé que l’abattage peut s’échelonner sur deux ou trois jours.

Le respect de la réglementation sera cette année encore une priorité des services de l’État et des contrôles renforcés seront réalisés.
  • le transport d’animaux vivants dans des conditions ne satisfaisant pas à leur bien-être est une infraction punie d’une amende de 750 €,
  • le recours à l’abattage hors abattoir est illicite et est un délit réprimé par une peine allant jusqu’à 6 mois d’emprisonnement et 15 000 € d’amende. De plus, il fait encourir des risques sanitaires aux consommateurs, car la viande et les abats consommés ne seront pas issus de carcasses d‘animaux confirmés propres à la consommation par les services vétérinaires de la DDPPDirection départementale de la protection des populations. Il présente également des risques au regard de la santé animale et de la protection de l’environnement.
Rappel pour les consommateurs fêtant l’Aid el Kebir à l’étranger :

Certains pays ne sont pas indemnes de fièvre aphteuse ; l’importation depuis ces pays de viande pour consommation personnelle, de peaux ou de trophées est interdite. En effet, ces derniers risquent de véhiculer le virus de la fièvre aphteuse qui pourrait ensuite se propager aux cheptels du département et provoquer des pertes économiques très importantes.
L’importation illégale de produits ou sous-produits d’origine animale est punie de 300 000 € d’amende et 2 ans d’emprisonnement. Ces produits pourront être saisis et détruits lors des contrôles.

Les services de l’État seront particulièrement attentifs au respect de la réglementation et relèveront tout constat de manquement.

Un guide pratique et une information sur l'abattage rituel sont disponibles sur le site du ministère de l'Agriculture, y compris en langue arabe :